Claude-Louis Combet, Suzanne et les croutons, Strasbourg, l'Atelier contemporain,  2013, 83 p., 15 €.

Suzanne   et   les   Croûtons ,   ce   livre   de   Claude   Louis - Combet   est   une   fiction   et   un   livre   d’ actualité  :  il   est   d’ailleurs   apparu   dans   les   librairies   alors   que   plusieurs   institutions   pour   personnes   âgées   à   Lausanne   et   Genève   étudiaient   des   projets   pour   accompagner   et   encadrer   leurs   résidents   sur   le   plan   sexuel et   envisageaient   notamment   le   recours   à   des   assistantes   spécialisées   à   cet   effet Le   regard   que   porte   Claude   Louis - Combet   sur   ces   hommes   toujours   traversés   de   désirs   malgré   leur   grand   âge est   un   regard   lucide   et   compatissant Ce   sont   des   «   croûtons   »   certes et   ils   sont   décrits   par   le   détail   tels   quels nus   avec   «   leurs   génitoires   pantelants   » toute   pudeur   depuis   longtemps   oubliée mais   leur   imagination   est   un   feu   dévorant Ces   épaves   survivent abandonnées   à   leurs   obsessions   et   à   leur   impuissance dans   une   «   grande   maison   du   bord   de   l ’ eau ou   bordeleau intitulée   Clinique   du   Confluent   »   et au   début   de   la   nouvelle sont   dans   l ’ attente   nerveuse   d ’ une   nouvelle   travailleuse   sociale Suzanne encore   inconnue   mais   déjà   fantasmée   comme   «   une   femme   aux   formes   saines   et   bien   remplies les   seins   puissants le   ventre   épanoui la   toison   abondante   ».

 

Voyageur  dans   le   temps Claude   Louis - Combet comme   dans   Dérives ,   va   à   la   rencontre   du   monde   moderne   avec dans   sa   bibliothèque   portative les   fables   tirées   de   la   mythologie   grecque  ( le   supplice   de   Tantale   et   la   mort   d Hercule   dans   Dérives ) ,   ici   de   la   Bible qui   ne   cessent   de   nourrir   à   la   fois   son   univers   spirituel   et   charnel   sans   qu il   y   ait   préséance Suzanne   et   les   croûtons  est   un   bon   exemple   et   une   des   plus   belles   réussites   de   sa   démarche   qui   consiste   à   recycler   les   vieux   mythes   pour   les   réécrire   dans   un   style     la   voilure   bien   réglée   des   phrases   ainsi   que   la   verdeur   truculente   d un   langage   à   la   limite   de   la   préciosité   sont   au   service   d une   imagination   foisonnante .

 

On  connaît   en   peinture   beaucoup   d avatars   du   récit   connu   sous   un   titre   moins   provocateur   «   Suzanne   et   les   vieillards   »   et   qu on   peut   toujours   relire   au   chapitre  13  du   Livre   de   Daniel ,   mais   en   littérature et   à   notre   connaissance à   part   une   évocation   par   Sade   de   cette   «   vieille   histoire   »   dans   Aline   et   Valcour ,   aucun   écrivain   jusqu à   maintenant   ne   s était   avisé   de   revisiter   le   mythe   et   surtout   de   retoucher   et   même   de   redresser   le   profil   de   la   «   chaste   Suzanne   » telle   que   la   représente apeurée Anthonis   Van   Dyck au   point   d en   faire   une   héroïne   de   la   rédemption   d un   asile   de   vieillards La   nouvelle   Suzanne celle   de   Claude   Louis - Combet   n a   pas   froid   aux   yeux  :  devant   la   grande   pitié   qu elle   voit   au   Confluent     règne   le   «   Rex   Veterum   »   encore   plus   misérable   que   ses   sujets plutôt   que   de   donner   sa   démission elle   mènera   «   son   entreprise   de   thérapie   »   jusqu à   son   terme   par   un   coup   d éclat   qui   «   secouera   la   clinique   jusque   dans   ses   fondements   » .

Extrait   p . 47 :

Il   n était   pas   inepte   de   penser   que   le   rayonnement   de   la   vierge toute elle - même à   son   essence   charnelle   d offrande   gratuite   et   sans   réserve guérirait   tellement   de   blessures   et   rassurerait   si   bien   les   sexes   en   leur   besoin   d expression que   chacun pour   lui - même   et   pour   le   reste   du   temps accéderait   à   la   meilleure   part   de   son   être   et   n ayant dès   lors plus   rien   à   exiger   des   autres se   concentrerait   sur   son   pur   désir   d absolu    d   naîtrait avant   le   repos   éternel la   plus   grande   sérénité   dans   la   durée .

P . S . :  le   livre   réunit   la   version   manuscrite   et   la   version   imprimée   de   la   fiction .

Jacques   Montredon