Christophe Cousin, Le Territoire de Belfort. Guide de découverte, Photographies de Marc Paygnard et Joël Gilbert, Louvergny, éditions Noires Terres, 2012, 255 p., 22 €.

le-territoire-de-belfort-de-christophe-cousin-940848021_MLUn livre original vient d’être consacré au Territoire de Belfort, le plus petit des quatre départements comtois. Christophe Cousin, son auteur, lauréat du prix Lucien Febvre 2008 pour un ouvrage sur la chapelle de Ronchamp[1], fut longtemps conservateur des musées belfortains. Sillonnant routes et chemins, il est parti à la recherche des monuments, des bâtiments et des sites naturels remarquables, connus ou inconnus du grand public. Et dans cet ouvrage remarquablement illustré par les photographies de Marc Paygnard et Joël Gilbert, le lecteur va de surprise en étonnement. Même s’il est natif du département, l’évidence lui apparaît dès les premières pages : il lui reste bien des curiosités à découvrir. Citons-en quelques-unes : la pierre des fous à Saint-Dizier-l’Évêque, le puits à balancier de Vescemont ou encore à Foussemagne la maison natale de Ludovic-Oscar Frossard, fondateur du Parti communiste français.

Après une courte introduction historique et économique, ce guide, dénué de tout itinéraire, présente la centaine de communes du Territoire de Belfort dans l’ordre alphabétique, d’Andelnans à Villars-le-Sec. Le lecteur est ainsi libre de composer son parcours, agrémentant ses découvertes de haltes gourmandes repérées et visiblement appréciées par Christophe Cousin, Marc Paygnard et Joël Gilbert au cours de leurs pérégrinations terrifortaines, pour reprendre l’appellation que les habitants du Territoire de Belfort se sont donnée il y a peu de temps.

Le Territoire de Belfort. Guide de découverte est un ouvrage à recommander à tous les curieux du patrimoine, habitants du département ou du reste de la Franche-Comté comme aux touristes de passage. Sa lecture modifie radicalement l’image du Territoire de Belfort, un département où le savoir-faire industriel se mêle aux richesses du terroir dans un écrin de verdure qui permet d’agréables promenades de la bordure du Sundgau au pied des Vosges méridionales et aux premiers plateaux jurassiens.

 

Francis Péroz