François - Xavier   Perthuis ,   Des   âmes   vives ,   Dole Gunten , 2014, 89  p ., 12  .

François - Xavier   Perthuis   nous   offre   avec   ce   livre   un   récit   sensible   dans   lequel   l’absence omniprésente   dès   la   petite   enfance structure   et   oriente   la   vie   d’un   homme C’est   d’abord   l expérience   du   deuil   d une petite   sœur   et   d un   petit   frère impossible   à   combler   faute   de   mots   appropriés   pour   briser   le   tabou   de   la   mort alors   que   les   parents eux - mêmes   accablés   par   leur   chagrin et   taiseux   de   nature n ont   pas   non   plus   de   mot   pour   désigner   ce   que   la   perte   de   ces   enfants   a   fait   d eux La   langue   connaît   bien   la   veuve   et   l orphelin mais   le   narrateur   doit   inventer   le   mot   «   désenfantés   »   pour   traduire   la   situation   des   parents   qui   perdent   leur   enfant En   revanche il   n a   aucun   mot   à   proposer   pour   l enfant   qui   perd   un   frère   ou   une   sœur comme   si   ce   deuil -   était   à   jamais   voué   au   non - dit dans   les   limbes   du   langage .

À   l âge     se   construit   la   personne le   petit   garçon   triste   prend   la   décision   de   s effacer   pour   ne   pas   causer   de   peine de   devenir   un   fantôme il   vit   l échec   de   son   insertion   à   l école   comme   un   naufrage Habité   par   le   vide n ayant   d autre   compagnie   que   l absence il   se   renferme   et   se   réfugie   dans   l au - delà   du   rêve Et   toujours   le   manque celui   du   père contraint   par   son   métier   à   être   régulièrement   absent   aux   fêtes   carillonnées     l on   se   rassemble le   manque   de   récit   familial   aussi notamment   celui   que   les   fameux   «   secrets   de   famille   »   interdisent   de   raconter jusqu à   ce   que   les   indiscrétions   des   uns   ou   des   autres   les   déterrent .

Chez   le   jeune   adulte la   blessure   fondatrice   de   l enfant   se   rouvre   brutalement   lorsque   sa   fiancée   disparaît   sans   crier   gare le   laissant   désemparé   devant   une   armoire   vide éprouvé   par   cette   perte   comme   par   une   mort   violente Le   travail   acharné la   communion   avec   la   nature la   foi   aussi vont   lui   venir   en   aide Pratiquant   la   lutte   et   les   arts   martiaux élève   de   Boris   Dolto il   devient   kinésithérapeute   du   sport Dans   la   foulée   des   travaux   qui   commencent   à   s intéresser   aux   enfants   endeuillés il   se   lance   dans   des   études   de   pédiatrie   qui   seront   le   début   d une   thérapie   personnelle prolongée   par   l écriture   d un   mémoire   sur   le   deuil C est   l annonce   du   renouveau   qui   se   matérialisera   par   l exposition   de   photos   des   Branches   d Hiver .

    La   finesse   des   observations   et   la   simplicité   du   ton   laissent   un   sentiment   de   touchante   authenticité Même   sans   avoir   vécu   pareille   expérience   de   la   perte plus   d un   lecteur suivant   ce   que   fut   son   histoire trouvera   dans   ce   livre   matière   à   faire   revivre   ses   impressions   ou   ses   réflexions   d enfant   traîné   au   cimetière   par   les   adultes Beaucoup   de   détails   sonnent   juste comme   le   choc   ressenti   en   lisant   son   nom   de   famille   sur   une   plaque   mortuaire la   confusion   entretenue   par   les   euphémismes   et   l imagerie   pieuse   de   la   mort ou   ce   sentiment   d impudeur   que   fait   naître   chez   le   garçon   le   défilé   des   visiteurs   contrits   devant   le   cercueil   béant   de   sa   tante   défunte D autres   se   souviendront   d avoir   croisé   dans   leur   scolarité   ce   professeur   bien   intentionné   mais   tellement   maladroit   avec   son   questionnaire   de   début   d année   et   ses   gros   sabots  :  espérons   que   depuis   ces   temps pas   si   anciens peu   soucieux   de   psychologie   enfantine l éducation   nationale   est   mieux   chaussée  !


Claude   Peltrault